Article paru sur Alterinfo


pape


Il y a un peu plus de deux mois, une émission de radio Courtoisie, la radio de la pensée pas franchement antiraciste en France, présentait un livre intitulé « L’assaut sur l’Occident Chrétien ». Les intervenants parlaient de la nécessité d’organiser des actions de « résistance » en France contre l’invasion islamique, contre ce péril ou ce virus vert qui menace la France et l’Europe.

 

Selon ces intervenants, ce souci de « résistance » ne concernait pas que les auditeurs traditionnels de la radio, mais était aussi partagé par quelques « grandes familles juives françaises ».


Et voilà qu’un grand journal israélien « Le Jérusalem Post », sous la plume d’un célèbre journaliste sioniste étasunien, Daniel Pipes, appelle de ses vœux cette « résistance » en Europe et se réjouit des signes qui montrent que les « Européens indigènes » commencent à s’impatienter et à mener des vraies actions de « résistance ».


Pipes met l’accent sur deux événements spectaculaires qui montrent que cette « résistance » est en marche : La sortie du film « Fitna » de Geert Wilders, un député néerlandais d’extrême droite, un film destiné à diaboliser par des images chocs et des versets coraniques hors contexte. Et surtout le baptême célébré en grande pompe par le Pape Benoit XVI en personne, de Magdi Allam, un journaliste italien d’origine égyptienne, né musulman, et qui s’est converti au Catholicisme. Ce journaliste s’est illustré par des articles violents contre l’Islam et les musulmans.

Imaginez un instant que la personne convertie soit un Juif aux écrits farouchement antisionistes, quelqu’un de ceux que les sionistes traitent comme un Juif ayant la haine de soi. Est-ce que le Pape va célébrer son baptême devant toutes les caméras ? Et quelle serait la réaction de ces sionistes ? Et si en plus ce converti avait de la haine contre les Juifs et le Judaïsme ? Imaginez le tollé mondial !

 


Finalement, l’auteur n’oublie surtout pas de souligner l’essentiel. C’est que ce qui relie ces deux personnes, en plus de leur haine de l’Islam, c’est leur amitié pour Israël et les Juifs. Magdi Allam est notamment l’auteur d’un livre en italien intitulé « Viva Israele ».

 


Nous voilà donc devant une alliance contre-nature. Voilà les descendants des ennemis d’hier : des Juifs sionistes pour qui les Juifs avaient une vie de misère matérielle et morale en Europe, des Européens de la droite et de l’extrême droite racistes et jadis notoirement antisémites, et des représentants du Vatican qui, jusqu’à 1965 et le concile du Vatican II, considérait les Juifs comme responsables des malheurs qui s’étaient abattus sur le Christ et les présentait comme le « peuple déicide », les voilà tous unis devant un ennemi imaginaire et entièrement fabriqué, qu’est l’Islam, contre lequel ils appellent à lancer ces actions de « résistance »

 


Et ils « résistent » contre quoi en fait ? Mais contre rien du tout. Que des phénomènes humains qui nécessitent tout simplement des efforts de dialogue, de compréhension et de compromis mutuels, des réponses adéquates, raisonnées et de bon sens aux questions précises, au lieu d’imaginer des fantômes inexistants et d’en tomber malades.

 


Heureusement, cet ennemi n’existe que dans leurs têtes, et l’écrasante majorité des Européens et même de l’ensemble des êtres humains, quelque soient leurs confessions, ne sont pas dupes. L’échange et le mélange culturel et ethnique ont déjà commencé. Les gens se rencontrent, se connaissent et se reconnaissent. Et tôt ou tard, cette campagne de haine se retournera contre ses auteurs, et cette alliance artificielle finira par imploser. Ces gens là le savent très bien et cela ne fait que les énerver de plus en plus.