Gazette du Maroc
31 Juillet 2006

                                     

               

                                          
 
 

L’annulation par le Roi Mohammed VI des festivités de la 7ème fête du Trône en raison de ce qui se passe au Liban, a été vivement saluée aussi bien par le peuple de ce pays que par de hauts responsables ainsi que par les dignitaires religieux. En effet, le Hezbollah a été le premier, samedi dernier, à rendre hommage à l’initiative prise par le souverain marocain, «ce véritable chef arabe et musulman dont le pays et le peuple avaient toujours répondu présents dans les moments les plus difficiles qu’avaient rencontré la Oumma». C’est dans ce même ordre d’appréciation qu’Ayatollah, cheikh Mohamed Hussein Fadlallah, a souligné que le sincère sentiment du Roi Mohammed VI à l’égard des souffrances du peuple libanais, n’est pas étrange à un descendant d’Ahl-Al-Beït. Pour l’ancien Premier ministre, Salim al- Hoss, les Libanais n’oublieront jamais ce geste fraternel et responsable au moment où certains chefs d’Etats arabes affirmaient leurs désengagements non seulement vis à vis du Liban et de son peuple, mais aussi à l’égard de la Palestine et de son Qods Al-Charif.